Hausse des prix du fret : CMA-CGM décide de geler ses tarifs

La crise de la COVID-19 a frappé de nombreux secteurs. Celui du transport maritime n’a pas été épargné lors de reprise économique. En effet, la demande massive de biens de toutes sortes a mis en tension le secteur. Les prix ont alors subi une hausse significative qui a pesé sur la chaîne logistique de nombreuses entreprises. C’est dans ce contexte difficile que l’armateur CMA-CGM a pris la décision de geler ses tarifs jusqu’au 1er février 2022.

La mise sous tension du commerce international

Suite à la stabilisation relative de la pandémie, la croissance mondiale est repartie à la hausse. Les ménages ont recommencé à consommer et la demande s’est par conséquent accentuée dans de nombreux secteurs. En parallèle, les industriels et les distributeurs ont voulu reconstituer leurs stocks mis à mal par la pandémie mondiale. Ainsi, les demandes de transport de produits via le fret maritime ont considérablement augmenté.

L’impact a été très important sur les tarifs du transport international. Le trajet d’un conteneur de 40 pieds entre Shanghai et Le Havre dont le coût s’élevait à 1000 dollars avant la crise est passé à 7500 dollars actuellement. Les tarifs ont subi une hausse encore plus massive sur la principale route maritime du monde reliant l’Asie à la côte ouest des États-Unis. Par ailleurs, peuvent s’ajouter au prix du transport des surtaxes liées notamment aux emplacements portuaires. Finalement, le prix peut doubler pour le transport d’un conteneur. De plus, la situation pourrait se tendre encore plus, car la fin d’année représente une période forte d’activité, surtout à l’approche des fêtes de fin d’année.

CMA-CGM décide de plafonner ses tarifs

C’est pour cette raison que l’armateur français CMA-CGM, troisième plus grand transporteur de conteneurs au monde, a annoncé qu’il gelait ses tarifs. Ce dernier désire “ privilégier une relation de long terme avec ses clients, face à une situation inédite pour le transport maritime.”

Ce gel concerne les tarifs négociés entre l’entreprise et ses clients pour le transport de marchandises par voie maritime. Ainsi, ce gel porte sur les contrats à court terme dits contrats spots, dont les taux sont négociés pour moins de 30 jours. Par conséquent, la majorité des contrats de CMA-CGM ne sont pas concernés étant donné que les contrats à long terme représentent près de 80% de son activité.

Les concurrents s’alignent sur cette décision

L’annonce de CMA-CGM a provoqué des réactions rapides de la part de certains de ses concurrents. En effet, Hapag-Lloyd, numéro cinq du transport maritime, a décidé dès le lendemain de geler lui aussi ses tarifs. Cependant, celui-ci n’a pas défini de calendrier précis suite à cette annonce. Nous ne savons donc pas pour quelle durée les tarifs seront plafonnés par Hapag-Lloyd.

Quoi qu’il en soit, il y a de fortes chances que les tensions sur le secteur du transport maritime persistent une partie de l’année 2022. Les commandes de porte-conteneurs ont d’ailleurs augmenté et approchent aujourd’hui les 300 unités d’après le courtier maritime Banchero Costa. Or, ces navires ne sont pas livrés avant 2023, ce qui nécessairement va augmenter la tension sur le secteur dans l’attente des livraisons.