Transport maritime : Une reprise de l’activité sous pression

La situation économique s’améliore doucement en 2021. Avec elle, le transport maritime international poursuit son rebond. Cette évolution positive montre que les différentes économies commencent à reprendre progressivement le contrôle de la situation sur la pandémie. Toutefois, l’essor de la demande entraîne une pression sur l’acheminement des marchandises, notamment via le fret maritime. On peut ainsi observer une inflation des prix à l’importation.

La situation du commerce mondial s’améliore

Une étude récente de l’assureur Euler Hermes nous apprend que le volume d’échanges internationaux en 2021 devrait croître de 7,7% tandis qu’ils augmenteront en valeur de 15,9%. C’est donc une nette amélioration. En effet, l’an dernier, les volumes chutaient de 8% et la valeur de 9,9%.

Ce phénomène est la conséquence de la reprise économique des régions nord-américaines et européennes. Les entreprises relancent les importations de manière importante d’autant qu’elles doivent aussi reconstituer les stocks mis à mal par la crise sanitaire. Il semblerait donc naturel de se réjouir de ce climat favorable.

L’impact sur le coût du fret international

Toutefois, cette reprise rapide du commerce international augmente la pression sur le secteur des transports au second semestre 2021. On peut observer notamment une pénurie de conteneurs. La conséquence malheureuse est une forte augmentation des retards de livraison qui représente 60 à 65% des porte-conteneurs alors qu’il n’était que de 20% avant la crise de la COVID-19.

En outre, cela entraîne mécaniquement une hausse des coûts du transport international. Plusieurs chiffres à cet égard sont éloquents. Ainsi, dans le cadre des échanges entre les États-Unis et la Chine, les frais de transport maritime ont connu une augmentation de 229%.

Le prix au comptant de l’expédition pour un conteneur de 40 pieds des grands ports de Chine vers ceux des États-Unis est de 9 621 dollars selon le Drury World Container Index. L’augmentation est notable quand l’on sait que la même opération entre 2011 et 2020 revenait à 1 800 dollars.

Une pression durable sur le transport maritime

Espérons que cette situation ne crée pas une tendance hyper inflationniste. C’est en tout cas ce que craignent les importateurs ainsi que les banques centrales. En effet, une hausse des coûts non contrôlée pour les transporteurs pourrait avoir un effet néfaste sur la reprise encore balbutiante de l’économie mondiale. Par ailleurs, la supply-chain de nombreuses entreprises pourrait être durement impactée.

D’autant que ce phénomène d’inflation s’autoalimente d’après Euler Hermes :

L’augmentation soudaine des prix oblige les entreprises à changer leurs stratégies de gestion des stocks. Elles passent ainsi d’un modèle de Just in time à un modèle Just in case, achetant de manière précipitée des biens intermédiaires pour se protéger contre d’éventuelles nouvelles hausses de prix. ”

Notons d’ailleurs que ce problème de stock concerne principalement les entreprises européennes, car elles possédaient des stocks moindres au début de la crise. De plus, certains secteurs qui fonctionnent en flux plus tendu, notamment l’automobile ou le textile, sont bien évidemment fortement affectés par cette situation.

Selon l’assureur, cette pression sur le transport de marchandises pourrait se poursuivre l’an prochain en 2022, tandis que le commerce international continuera sa reprise.


Nous venons de le voir, aujourd’hui plus que jamais, le transport de marchandises est sous pression. Pour garantir une bonne exécution logistique de vos flux de marchandises à l’international, faites le bon choix avec TRADE.EASY.

Vous paramétrez vos process logistiques en fonction des pays, marchandises et partenaires avec lesquels vous travaillez. Vous ne pourrez plus rater aucune étape de votre chaîne logistique !

TRADE.EASY offre d’autres fonctionnalités indispensables pour faciliter vos tâches au quotidien 😉